ARAGON - PREVERT : LE HOULME

Vous êtes ici : Accueil > Exposés et dossiers > L’égypte > L’Egypte (2)
Par : Cécile B
publie 4 août 2009

Toujours fascinante

L’Egypte (2)

Cécile nous fait voyager dans ces temps très anciens

Lieu

PNG - 55.3 ko

L’Égypte est un des plus vieux états du monde. C’est un pays tout en longueur, à travers lequel le Nil (fleuve) se divise en plusieurs bras.

L’écriture

Les égyptiens avaient une écriture hiéroglyphique : des dessins représentaient les êtres humains, les animaux et les objets.

La population

Il y avaient deux sortes d’égyptiens :

  • les nobles : pharaons, prêtres, notables, architectes ;
  • les pauvres : ouvriers, esclaves

L’habitat

La maison variait suivant les classes sociales :

  • celle des gens du peuple était un petit habitat,
  • celle d’un notable était cinquante fois plus grande, avec appartement privé et grand jardin arboré.

Les vêtements

En Égypte, il faisait chaud. Aussi la femme portait une robe très collante, descendante jusqu’aux chevilles, et s’arrêtant à la poitrine.

GIF - 454.9 ko
Poteuse d’offrandes

Les hommes portaient le pagne (jupe) plissé, croisé, toujours de couleur blanche.

On n’appréciait guère les cheveux et la barbe. Les riches portaient la perruque.

On ne portait des sandales que dans les grandes occasions.

Les plaisirs

Les égyptiens n’aimaient pas s’ennuyer. Il y avait beaucoup de distractions comme des jeux de serpent, jeux de l’oie, jeux de chacals, jeux de dame, le chevreau (saute mouton).

La nourriture

Le pain et la bière étaient la base de la nourriture. Les poissons et les volailles formaient la partie principale du repas. La viande de boucherie n’était pas consommée de façon régulière à cause de la chaleur.

(Le vin égayait les bons repas).

Les repas

On prenait trois repas par jour, assis sur un siège. Ni couteau, ni fourchette, on piochait dans le récipient.

Même le pharaon tenait à la main la volaille qu’il dévorait.

Les richesses

Cueillette du raisin, labourage, foulage du raisin, cueillette des figues, la moisson.

La terre nourricière

La vie paraissait douce à la campagne. Pourtant le paysan devait faire face aux impôts sur ses terres quand le serpent avait emporté une moitié de sa récolte, l’hippopotame le reste.

Les animaux domestiques

Les bovins tenaient la première place, venaient ensuite la chèvre, le mouton, enfin le porc (la religion lui faisait une mauvaise réputation). Les oies, canards, pigeons suffisaient au besoin égyptiens.

Le cheval était réservé pour le char de guerre, et pour les taches aristocratiques.

Les animaux sauvages

Les canards sauvages étaient abondants pour la chasse. Les taureaux sauvages, hippopotames, gazelles étaient les proies des chasseurs.

Le travail des hommes

On comptait des chefs d’œuvre dans la sculpture, ainsi que dans la joaillerie (bijoux), l’ébénisterie (le bois), la céramique (poterie).

Le pouvoir

On appelle le monarque pharaon, ce qui signifie la grande maison. Il porte sur lui la double couronne, le klephte, l’uræus (cobra fixé à son front), sceptres. Il dirige la politique, l’armée, les grandes cérémonies religieuses, la construction des sanctuaires. Lorsqu’un égyptien se présente au pharaon, il doit se jeter à terre.

JPEG - 199.8 ko
Ramsès 2 sur son char
Temple d’Abou Simbel

Les dieux

Les égyptiens étaient très croyants, ils croyaient à plusieurs dieux.

  • Thot : dieu de l’ordre
  • Thoueris : dieu de la protection
  • Osiris et Isis : dieu des morts
  • Ré : dieu du soleil Ils vénéraient leurs dieux et leurs offraient des offrandes. Des temples étaient battis en leur honneur.
    JPEG - 377.2 ko

Les croyances

Bien des croyances et des superstitions dominaient la vie des égyptiens. La médecine était mêlée à la magie. Pour soigner le mal de dents d’un jeune enfant, la maman mangeait une souris cuite, les os de celle-ci étaient placés à son cou dans une étoffe de lin à laquelle on faisait 7 nœuds.

Les morts

Les égyptiens croyaient à une autre vie. Si le cadavre ne devenait pas poussière, alors on momifiait le mort. On retirait le cerveau, les viscères qui étaient placés dans 4 vases. On remplissait le corps d’aromates et on le laissait séjourner 70 jours dans un bain de natron (carbonate et bicarbonate de soude). On desséchait le corps et on l’entourait de fines bandelettes (le corps est devenu momie). La momie devait être dans une tombe indestructible : les pyramides, tombeaux des rois.

JPEG - 52 ko
Momie de Ramsès II

Des morts bien soignés

Les Egyptiens inventèrent les pyramides

JPEG - 335.2 ko
Plateau de Giseh

Puis l’idée vint de superposer plusieurs mastabas de dimensions décroissantes. Adaptée à l’architecture en pierres, cette idée a donné la pyramide à degrés du roi Djoser, vers 2700 avant J-C, qui comporte six degrés. Puis on pensa à combler les intervalles entre les degrés pour aboutir, après quelques tâtonnements, à la pyramide classique, dont les plus célèbres représentants sont les monuments de Chéops, Chéphren et Myskérinos. La pyramide de Chéops atteignait 147 m en hauteur et couvrait plus de 4 hectares !

GIF - 38.3 ko