ARAGON - PREVERT : LE HOULME

Vous êtes ici : Accueil > Fête du livre / Concours lecture > 2008 - Le cirque > Site web du concours lecture > Les biographies des peintres > Léger
publie 24 février 2008

Léger

Vive le progrès !

Le poète Apollinaire disait. „Quand je vois un tableau de Léger je suis content".

Derrière sa grosse moustache et son air bourru, Fernand Léger était le peintre de la joie de vivre et progrès .

Fernand Léger est né en 1881 à Argentan dans l’Orne en Normandie. II est bon en dessin et devient architecte, mais c’est la peinture qui l’attire le plus : à Paris, il étudie dans différents ateliers et cherche une manière de peindre qui soit bien à lui.

UNE JOYEUSE BANDE DE COPAINS

En 1907, il découvre les oeuvres du peintre Cézanne. C’est une révélation ! Cézanne disait qu’il fallait ’"traiter la nature par le cylindre, la sphère, le cône". Léger regarde aussi les tableaux cubistes de Braque et de Picasso, où les objets sont représentés sous plusieurs angles à la fois.

Léger se met lui aussi à faire des peintures cubistes. Il habite dans un ancien entrepôt de vin, appelé la Ruche, avec de nombreux autres artistes. C’est là qu’il rencontre le poète Blaise Cendrars et le peintre Robert Delaunay, qui deviendront ses grands amis.

PROFESSION : PEINTRE "TUBISTE" !

En 1911, Léger expose un tableau appelé Nus dans la forêt. Quel succès ! Léger est surnommé le peintre "tubiste", car ses personnages ont l’air d’être faits avec des tubes. Picasso recommande Léger à un grand marchand de tableaux en disant :"Voilà un garçon qui fait quelque chose de nouveau".

Avec ses amis peintres, Léger a formé un groupe qui s’appelle la "Section d’or". Ensemble, ils réfléchissent beaucoup sur la peinture et sur les théories de Léonard de Vinci et des peintres de la Renaissance.

DE LA COULEUR OU JE MEURS !

"La couleur est une nécessité vitale" dit Léger. Un jour, en regardant les toits de Paris de sa fenêtre, il se rend compte qu’ils ressemblent à une multitude de triangles, de rectangles, de carrés... Léger fait toute une série de peintures ayant pour thème : toits et Fumées. Il s’applique si bien à opposer les lignes droites et les courbes que petit à petit on ne reconnaît plus rien et que les couleurs ne correspondent plus à la réalité !

Toute sa vie, Léger jouera sur les contrastes des formes, des lignes et des couleurs.

Léger meurt le 17 août 1955.